Hangars

Cathédrales de poutrelles et de tôles, les deux grands hangars mitoyens de type Eiffel (d'une surface de 5000 m2) dont est équipé l'aérodrome de Besançon-Thise sont venus remplacer en 1938 les hangars construits en 1934 pour abriter le matériel de l'Aéro-Club du Doubs. Il s'agit de hangars militaires, construits par l'Armée de l'Air, lorsque l'aérodrome de Besançon-Thise fut déclaré aérodrome de dégagement pour les bases militaires situées à Dole, Dijon et Luxueil. En fait, Thise ne fut utilisé d'un point de vue militaire qu'en 1944 où il servit de base de regroupement pour l'évacuation sanitaire des blessés des combats de la poche de Colmar et de la bataille des Vosges. La piste fut alors rallongée par les américains à ses deux extrémités et l'on vit s'y poser et stationner des C 47 Dakota, des Piper Cub de réglage d'artillerie et même un B 17 en panne. A la même époque, le terrain et les hangars furent mitraillés par une patrouille de deux Focke-Wulf 189 de reconnaissance. Les dégats furent mineurs mais des impacts de balles de mitrailleuses de petit calibre sont encore visibles dans les vitrages des hangars.

Aujourd'hui en des temps plus paisibles, le hangar de droite accueille les planeurs et le remorqueur du CVVACD, quelques machines privées et l'atelier. Compte tenu du statut de l'aérodrome, il n'y à pas de taxe d'atterrissage et l'hébergement dans les hangars des machines de passage est gratuit. L'avitaillement des avions est assuré par un poste à essence AVGAS 100 et celui des pilotes au bar, "l'Envol", qui offre des possibilités de restauration et de déshydratation.

retour à la page précédente